Ecolo Modave
Accueil du site > 4. Ecolo-Vie > 4.6. Elections et enjeux > 4.6.2. Elections régionales > La tornade éthique souffle à nouveau à contre-sens !

La tornade éthique souffle à nouveau à contre-sens !

lundi 28 juillet 2008, par JFO

Le Gouvernement wallon désignera ce jeudi 24 juillet les « top managers » de l’administration wallonne pour une période de 5 ans. Ces emplois devraient être pourvus, de façon quasi exclusive, par des candidats PS, proches du PS ou actifs dans les rangs du PS ! Il ne s’est donc trouvé aucune personne, du secteur public ou du secteur privé, proche d’un autre parti ou, plus encore, qui ne soit membre d’aucun parti pour postuler et être considéré comme apte à une fonction de fonctionnaire dirigeant.

Si la candidature de personnes engagées sur le terrain politique est tout à fait légitime et s’il ne nous revient pas de mettre en doute a priori les qualités des uns et des autres, il reste que ce qui apparaît comme une prise de contrôle plus prégnante que jamais est dramatiquement inquiétante. La crise de la gouvernance que traverse la Région wallonne depuis plusieurs années a pourtant mis au jour l’ampleur des enjeux d’éthique politique pour le redéploiement wallon autant que l’urgence d’entreprendre une réforme profonde du système politique wallon.

Ecolo est ainsi consterné par le nombre ridicule de candidatures reçues par le Gouvernement pour des emplois d’une telle importance. C’est dire combien les pratiques auxquelles ce Gouvernement nous a habitués durant cette législature, ont convaincu les candidats potentiels qu’ils n’avaient que de faibles chances de voir leur candidature réellement examinée !

Plus largement, le régime des mandats wallons a été vicié dès les modifications apportées par le Ministre Courard au Code de la fonction publique :

- abandon de l’exigence du brevet de management préalable à la désignation comme mandataire ;

- restriction du champ d’application du régime des mandats (limité aux emplois les plus élevés A1 et A2), excluant ainsi les nombreux emplois de rang A3 pour rétablir la nomination à vie à ce niveau de direction ;

- suppression de la désignation des hauts fonctionnaires pour la durée de la législature ; les personnes désignées ce jeudi vont donc exercer leurs responsabilités quasi entièrement après les prochaines élections.

Quand l’affiliation partisane atteint une telle ampleur dans la conduite de l’administration, les risques sont multiples et les symptômes de la mal gouvernance guettent : renvois d’ascenseur à travers le blocage ou l’accélération de tel ou tel dossier, démotivation des agents, légitimation de cabinets pléthoriques vu la particratisation de l’administration, rupture de confiance de la part du public. Ceci d’autant que nous attendons avec crainte la communication des compensations CDh négociées dans ce cadre, qu’il s’agisse des emplois de direction A3 ou au sein des organismes non soumis aux mandats (SRWT, SRIW, …).

Face à la crise de la gouvernance en Wallonie, la majorité PS-CDH a d’abord minimisé la gravité de la situation. Elle a ensuite longtemps temporisé par rapport à l’opportunité de changer les logiques malsaines de fonctionnement. Après avoir été poussée dans ses retranchements, elle a concédé quelques mesures dans l’un ou l’autre secteur, qui restent toutefois, à ce jour, partielles et minimalistes. Aujourd’hui, alors que nous restons en attente de changements majeurs et que nous avons déposé quantité de propositions en ce sens (cf. not. notre Plan Marshall des pratiques politiques), le système établi reprend le dessus. Décidément, la réforme de la gouvernance wallonne ne sera pas pour cette législature.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0